On ne nait pas homme, on le devient

– Média –, Éjaculation Précoce

On apprend à marcher, on apprend à parler et même à jouer au piano ou au foot. Cependant comme la plupart d’entre nous a dû le vivre ou le constater, on est en général bien seul.e face à notre sexualité, et encore plus face à nos problèmes et à nos blocages… On veut parler aujourd’hui d’éjaculation précoce.

 

L’Éjaculation désigne l’émission du sperme par la verge en 5 ou 6 jets saccadés, d’une quantité et d’une puissance variables, accompagnée d’un plaisir fulgurant qui met fin rapidement à l’érection. Si la satiété est complète sur le plan physique, la précipitation des réflexes est frustrante parfois, surtout si le partenaire se sent en droit de s’en plaindre. Dans l’imaginaire collectif l’éjaculation précoce est une éjaculation non maîtrisée, c’est-à-dire qui arriverait “trop” vite au goût de l’homme et de sa/son partenaire.

Le dico de l’amour et des pratiques sexuelles, Jacques Waynberg

 

Jacques Waynberg, grand sexologue français et mentor d’XYstories, nous a partagé son article (scientifique) « Faut-il soigner l’éjaculation prématurée ? » communément appelée éjaculation précoce. Il nous explique que ce phénomène est avant tout un énorme malentendu 😱, et même d’ailleurs un des plus gros de la sexologie…

La brièveté des coïts n’est pas une anomalie mais est inscrite dans notre patrimoine génétique.

Notre ami sexologue a été le premier à étudier le comportement de nos voisins les primates. Ses conclusions sont sans appel, les primates les plus proches de l’homme – génétiquement parlant – sont systématiquement éjaculateurs précoces.

 

 

 

L’homme est un primate.
Les primates sont éjaculateurs précoces.
L’homme est donc éjaculateur précoce.
Ceci est un syllogisme.

 

 

D’une manière générale, l’éjaculation survient en moins de 10 secondes de coït chez toutes les espèces étudiées, avec une quinzaine de va-et-vient. Aucune d’elle ne peut contrôler son éjaculation. L’éjaculation précoce est donc tout simplement génétiquement programmée. Elle n‘est ni un symptôme, ni une tare et encore moins une maladie. C’est la normalité à la naissance.

D’ailleurs si vous êtes familiers des documentaires animaliers, vous avez sans doute remarqué l’étonnante rapidité du coït chez la majorité des animaux. L’explication paraît évidente lorsqu’on l’entend : les rapports sexuels chez la majorité des animaux à pour unique but la préservation et la reproduction de l’espèce.

Il faut dédramatiser l’éjaculation précoce car cette fausse hypothèse provoque souvent beaucoup trop d’hommes des complexes ainsi qu’un sentiment de honte voire même une sensation d’être malade.

Acceptons donc que l’homme soit conditionné à ce “réflexe éjaculatoire”. Mais l’enfant grandit et l’homme peut apprendre à contrôler et à maîtriser ses réflexes innés – fort heureusement. Du coup soit vous avez de la chance et vous n’êtes pas éjaculateur précoce. Soit vous l’êtes et vous êtes juste normal. Mais comme la plupart du temps dans la vie, il n’y a pas de fatalité, il faut simplement se mettre au boulot, se prendre en main (comme pour devenir tennisman quoi).

 

“Il faut que les gens se rendent compte qu’il y a un apprentissage à mettre en place pour sortir de l’éjaculation précoce et que les partenaires doivent s’y intéresser”, Jacques Waynberg

 

Le message que l’on souhaite faire passer c’est juste que si vous voulez vous améliorer, dépasser vos limites, il suffit la plupart du temps de prendre le problème à bras le corps. En voici un très bon exemple.

“Plus jeune j’ai régulièrement été sujet à l’éjaculation précoce. Puis un jour je me suis vraiment dit : « ça suffit, je ne peux pas rester comme ça toute ma vie, j’ai envie de coucher avec plein de meufs, j’ai pas envie d’avoir peur, ni de me frustrer et encore moins de les frustrer (les filles). Je vais m’atteler au problème, m’y mettre, pour de vrai et pour de bon !.

Je me suis renseigné, j’ai lu, j’ai passé des heures sur le net. Puis je me suis surtout mis à travailler. Tous les jours. Plusieurs fois par jour. Pendant plusieurs semaines, et même encore aujourd’hui. J’ai fait plein d’exercices… enfin vous voyez ce que je veux dire 😇.
Et comme c’est souvent le cas quand on s’en donne les moyens, ça a fini par marcher ! Aujourd’hui ce “réflexe” m’arrive encore de temps en temps mais très rarement et dans des circonstances particulières – du coup ce n’est plus vraiment un problème pour moi.

Il m’a fallu environ deux mois d’exercices, qui consistaient principalement à muscler mon périnée, ainsi qu’à me masturber toujours plus longtemps en m’approchant le plus proche de l’éjaculation puis en faisant redescendre l’excitation. Et cela plusieurs fois et à chaque masturbation. Voilà. »

Témoignage anonyme

 

D’ailleurs ce témoignage peut également parler aux femmes. Il semble que c’est un peu le même type de problème que pour les nanas qui n’ont pas d’orgasme… Ou plutôt le même type de solution 😇. Il suffit pour la grande majorité des cas de se prendre en main… dès qu’on trouve le temps pour apprendre à connaître son corps, en s’entrainant, et heureusement, la progression est inévitable. Le pire c’est que si vous attendez passivement (homme et femme) le prince.sse charmant.e, et que par malchance vous ne tombez que sur des mauvais coups, vous risquez de ne jamais connaître l’orgasme ou de rester éjaculateur précoce à vie.

On s’arrête là pour aujourd’hui.

PAR CONTRE, on lance un appel à témoignage via le questionnaire ci-dessous afin que toutes celleux qui ont vécu de près ou de loin l’éjaculation précoce puissent faire part de leurs expériences, techniques, solutions et exercices afin que d’autres puissent en profiter.

On aimerait bien que les gens soient moins aigris et on pense que commencer par l’épanouissement sexuel c’est pas une si mauvaise idée !

Vous pouvez lire d’autres super articles !

 

Pour lire l’article scientifique entier de Jacques Waynberg, c’est ici ! Bonne lecture 🙂

29