Le « prélude » dit préliminaires

Le « prélude » définit les échanges érogènes de toute nature qui précèdent le coït. C’est une notion bien floue mais surtout nuisible à l’épanouissement de l’amour charnel car elle tend imprudemment à surestimer les mérites de la copulation.

Le silence du lit

Est-il besoin de le rappeler ? La sexualité ne se partage I pas n’importe où. Un monde sépare le retour inévi- j table sur le lit « conjugal » et l’improvisation d’un ! cadre inhabituel. Les préparatifs du cadre d’une relation sexuelle sont le premier jalon du prélude. Si cet esprit de fête peut régner tout au début d’une histoire, chacun sait mesurer, hélas, combien la routine vient ] à tout âge en démobiliser la créativité. D’autant qu’il i n’y a pas que le choix du lieu sur lequel vont reposer les corps qui puisse en raviver l’éclat, il y a aussi, comme au théâtre, la lumière qui les éclaire et l’environnement sonore qui les émeut.

Et pourquoi se taire ? Le mutisme des couples qui prennent leur élan sexuel est rarement un choix « cérémoniel », il trahit le plus souvent une certaine prudence face à la vulnérabilité redoutable du désir. J Très tôt du reste dans leur « contrat », la question ] du < droit au silence » sera tacitement réglée.       ‘

Or cette étape préliminaire du rapport sexuel devrait être au contraire celle de la parole, non seulement i des mots tendres, mais, lors d’une première rencontre, le seul moment où il est encore licite de parler J de contraception et de préservatif…

La caresse

La notion de « prélude » est trop souvent confondue avec la caresse. La manipulation des corps a une fonc- tion érogène qui va bien au-delà ; il s’agit d’émouvoir en permanence, d’informer sur le plaisir que l’on donne, que l’on reçoit, ou qu’il faut modifier en fonction des réactions de l’autre. La main n’explore pas seulement les capacités d’excitation réciproque, sa hardiesse permet de recueillir des renseignements indispensables pour que la progression des gestes reste harmonieuse.
La caresse est ici l’« oreille » des postures. La gymnastique des corps excités est très délicate et parfois indéchiffrable ; c’est par le toucher, quels que soient sa forme et ses rythmes, que l’on sait repérer l’état de préparation du partenaire au coït
À ces caresses d’« abordage » font pendant les caresses de « possession ». Le besoin d’appropriation du corps de l’autre est inné et son pouvoir dépasse le simple désir de toucher pour alanguir l’émotivité. Caresser, c’est embellir la peau, mais c’est donc aussi la posséder. C’est sans doute pour cette raison que la durée de ce prologue est si importante : il n’y a pas de norme mais l’essentiel est d’arriver à peu près ensemble à la conclusion que l’on donne autant que l’on prend. Puis vient enfin le besoin d’en jouir. Là, le pétrissage des sexes relève du registre du rapport sexuel à part entière, surtout aujourd’hui, à l’heure du sida, où le coït est prétendument si redoutable.

Avec cette quête finale de l’orgasme, le mot même de « prélude » s’efface, au profit de « sexualité sans risque ». Le plus souvent, le besoin impérieux de copuler interrompt plus ou moins habilement ces échanges, les reléguants au second plan, ce qui est une injustice et parfois une faute.

 

« Faire la fête » lors des préliminaires.

 Joie et préparatifs sont les deux objectifs i partager dans cette phase préliminaire au coït. C’est le moment de tirer parti des trois règles du jeu de cache-cache : le rire, le camouflage et les cabrioles. L’éclat de rire illumine bien mieux la sensualité que (‘affectation zélée. De même, des galipettes d’hurluberlus sont plus efficaces pour susciter le désir qu’une méditation appesantie !

Masculin – Féminin

Le désir et l’instinct

http://www.xystories.com/la-sexualite/le-flirt/

L’amour et l’envie

Le coït

La masturbation

Les premières fois

Les cinq sens

La séduction

Le flirt

Le baiser

Le « prélude » dit préliminaires

« Faire l’amour »

L’orgasme

La pornographie

La solitude et la chasteté

La contraception

La frigidité

Les homosexualités

L’impuissance

Accords – pas d’accord ?

Les maladies sexuelles

La violence

La séparation

La sexologie