Lettre H

Dico de l’amour et des pratiques sexuelles par Jacques Waynberg

 

Haine

Passion destructrice. Conséquence, d’une part, des persécutions réelles ou imaginaires de la jalousie, et d’autre part de la conversion des sentiments d’échec de la vie affective en rejet violent du partenaire. La haine est une purge sentimentale qui vide le contenu d’une relation et débouche violemment sur l’exclusion. Elle n’est pas le contraire de l’amour, mais sa dissolution dans la colère.

Haine de soi

Déchaînée contre soi-même à titre de punition inavouable, cette hostilité est sexuellement bien plus destructrice que l’aversion que peut inspirer autrui.

 

Harcèlement

Conduite dite « sexiste » à l’égard des femmes, exercée par une personne ayant autorité, de l’ordre de l’invective impudique, de la menace, du chantage, voire d’attouchements obscènes.

La loi

Si le zèle des mouvements féministes fait l’impasse sur le harcèlement sexuel dont peuvent être victimes des hommes, et des lesbiennes, la loi française ne l’a pas exclu de son texte, l’article 222-33 du code pénal étant applicable à tous les cas de figures.

 

Hard

« Dur » en anglais, qualifie les médias à caractère pornographique. Les athlètes du coït* qui les interprètes sont des « hardeurs » et « hardeuses », pour le meilleur et pour le pire.

 

Harem

Ou Harâm, dont on rapproche la racine arabe horm qui désigne un sanctuaire, lieu prohibé aux profanes et ici, le lieu tabou où vivent les femmes du sérail. Le mythe magnifié alimente encore d’incorrigibles représentations érotiques.

 

Harnais

Ensemble de sangles en cuir qui entourent la tête (avec ou sans muselière), le torse, la taille (avec ou sans gode* gonflable amovible) permettant de tenir les soumis* en laisse, ou de les rassembler en attelage.

 

Hédonisme

Une philosophie de l’existence qui prône comme principe élémentaire la recherche du plaisir. L’hédoniste n’est pas forcément libertin  (c’est à dire en rupture avec les bons usages de son temps) mais pour ainsi dire « bon vivant », avec cette petite pointe d’appréhension qui touche à la fragilité des choses agréables que l’on sait éphémères.

 

Hémodynamique

Fonction qui module la circulation sanguine dans l’organisme, un organe, une zone cutanée. Le système vasculaire est avec le système nerveux le principal acteur de terrain de la sexualité. L’excitation crée un réflexe de dilatation des artères et le sang qui les parcourt alors en quantité modifie la morphologie de l’organe (érection, turgescence du clitoris, par exemple), et « enflamme » les zones érogènes.

 

Hémospermie

Présence de sang dans l’éjaculation. Le sperme peut être de couleur rouille, ou strié d’un filet rouge vif. La source de ce saignement inattendu et inquiétant n’est jamais établie avec certitude. Il cède spontanément, sans récidive. Privilège éphémère de  la jeunesse, il peut être soupçonné  de trahir une hyperactivité sexuelle endommageant la prostate, mais sans séquelle.

 

Hermaphrodisme

Désigne en médecine la présence chez un même individu des organes masculins et féminins, mais les malformations sont plus fréquemment limitées aux organes génitaux, dans le cadre de « pseudo-hermaphrodisme » de gravité variable.

Voir aussi Androgyne.

 

Herpès

Maladie virale, fréquente et sexuellement contagieuse, qui se manifeste par  la survenue brutale de petites vésicules, isolées ou en « bouquet », très douloureuses, qui disparaissent en huit jours, mais laissant désormais définitivement en place une « colonie » virale, toujours susceptible de nouvelles poussées.

 

Hétaïre

Courtisane de haute volée, au raffinement élitiste,  dans la Grèce antique du V° siècle avant notre ère. Le mot présuppose une fonction de « compagne » – dont une forme manifestement édulcorée aujourd’hui serait « l’escort girl » – très richement illustrée aussi dans la tradition japonaise de la geisha.

 

Hétérosexualité

Terme qui date de la fin du XIX° siècle, et qui désignait la sexualité que partagent hommes et  femmes, ce que l’on traduit mot à mot aujourd’hui par la formule en anglais : MSW  (Men who have Sex with Women).

 

Hirsutisme

Désigne tout excès de pilosité chez la femme (on dit aussi « virilisme »). Des désordres hormonaux au profit des androgènes* sont responsables de cette masculinisation, pouvant abaisser le ton de la voix et hypertrophier le clitoris.

 

Homosexualité

Terme qui date de la fin du XIX° siècle, et qui désignait la sexualité que partagent des hommes entre eux, ce que l’on traduit aujourd’hui par la formule en anglais : MSM (Men who have Sex with Men), ou des femmes entre elles : WSW (Women who have Sex with Women).

Homophobie

Hantise collective de l’homosexualité. Le classement entre deux dynasties de comportements s’opère depuis la nuit des temps autour d’une conception arbitraire de la norme, qu’aucune connaissance scientifique ne permet de valider ou d’infirmer catégoriquement.

 

Honte

Double sentiment, d’assujettissement humiliant et de pudeur offensée, autrement dit, la honte de soi rend pathétique la hantise d’être vexé par autrui. Dans le couple la honte prend souvent le désir en otage, dès que la décence se trouve menacée, ou que des propositions jugées inacceptables prennent l’allure d’une injure.

 

Hostilité

Le non respect de ce veto est vécu comme une offense inadmissible, et sera un des motifs les plus secrets, les plus efficaces d’une rupture.

 

Hormones

Substances chimiques, testostérone* et estrogènes* par exemple, véritables « messagers » de l’information biologique, sécrétées par des organes particuliers dits « glandulaires » et déversées dans le sang qui les transporte jusqu’à leur cible.

 

Humour

Preuve de savoir-vivre, qui est au marasme du désir ce que l’hygiène est au dégoût, à savoir, une contre-attaque pour sauver le plaisir.

 

Hygiène

Preuve de savoir-vivre, qui est au dégoût ce que l’humour est au marasme du désir, à savoir, une contre-attaque pour sauver le plaisir.

 

Hymen

Fine rondelle membraneuse à l’entrée du vagin, qui en limite l’ouverture, mais dont la forme, la consistance, la résistance à l’écartement, la vascularisation, la sensibilité, sont infiniment variables d’une pucelle* à l’autre.

Hyménée

Terme grec évoquant les cris et les chants du mariage, restitué par les poètes depuis Pierre de Ronsard (1524-1585) dans l’évocation lyrique de la sexualité conjugale.

 

Hypermastie

Dimensions « monstrueuses » des seins, expression d’un fétichisme* pornographique traditionnel en Italie et aux Etats-Unis.

 

Hypnose

Etat de suggestion, d’affaiblissement de la vigilance, de mise sous l’influence toute puissante d’un mentor… Très en vogue à la fin du XIX° siècle, réadaptée au monde moderne et à ses besoins de thérapies câlines et paresseuses, sous le vocable de « sophrologie », cette hypothétique levée passive des inhibitions*  n’a de prise que sur des intelligences affaiblies.

 

Hystérectomie

Intervention chirurgicale d’ablation de l’utérus ; cette exérèse n’est pas une castration* tant que les ovaires ne sont pas perdus à leur tour, mais elle est vécue ainsi encore trop souvent du point de vue symbolique, à cause du silence des chirurgiens à cet égard.

 

Hystérie

Désigne à tort en langage populaire une hypersexualité brouillonne et ravageuse. Maladie mentale en réalité, liée à un effondrement invisible de la personnalité, que traduit l’excentricité apparente mais qui aboutit à une impossibilité de se sentir femme et d’en jouir.