Lettre E

Dico de l’amour et des pratiques sexuelles par Jacques Waynberg

Echangisme

Le troc de partenaires sexuels – le pluriel commence ici à quatre – prolonge les expériences d’open mariage, littéralement de mariage ouvert, de group sex des swingers des années 1960 aux Etats-Unis. A l’arrière-plan d’une volonté affichée de faire fi de la jalousie et des contraintes de la monogamie, se profile l’espérance d’une vie sexuelle plus enjouée, antidote, pour de nombreux candidats, de la morosité ou de l’ennui.

Génération Sida

Piètre réplique tarifée de l’orgie* classique, l’échangisme en « boite » a subi la vague répressive des menaces de contamination, créant un climat de défiance impropre aux bacchanales.

 

Eclater (s’)

En langage tribal des usagers de boite de nuit, il s’agit dans cette expression d’évoquer une soirée particulièrement surchargée de décibels et de transpiration.

 

Ectopie

Situation anormale d’un organe. Se dit surtout des fréquentes malpositions des testicules* dont  la descente dans les bourses peut être instable ou compromise, laissant les glandes loin en haut dans l’abdomen où elles sont impalpables. Si les traitements hormonaux sont inefficaces, l’abaissement se fait chirurgicalement vers l’âge de 7-8 ans

 

Education sexuelle

Méthodes et desseins pédagogiques tendant à faire comprendre à des jeunes d’âge scolaire que la sexualité n’est pas une fête à l’état sauvage mais un concours d’admission au poste de parent.

L’information

Entre les tabous et la surprotection éducative il reste la troisième voie de la documentation objective, offrant à tous un langage et des connaissances minimum  pour vaincre les idées reçues et les tentations idéalistes.

 

Efféminé

Exhibition plus ou moins préméditée d’attributs vestimentaires, d’attitudes et de mimiques propres aux représentations standards de la féminité.

 

Effeuillage

Déshabillage en musique. Voir Strip-tease.

 

Effleurage

Mode de caresse à « fleur de peau » qui déclenche outre de banals réflexes d’horripilation (chair de poule) une tension érotique extrême s’il se prolonge, notamment dans un contexte de subordination. Placé aux antipodes de l’empoignade sur l’échelle des attouchements, l’effleurage montre bien que la douceur est tout aussi subversive que la violence : c’est l’intention qui gouverne l’émotion.

 

Egoïsme

Hypertrophie de l’amour propre, qui entrave le don de soi, mais sans lequel il n’y aurait cependant aucune communication érogène, puisque c’est à soi-même égoïstement qu’il faut penser pour être excité.

 

Ejaculation

Emission du sperme par la verge en cinq ou six jets saccadés, d’une quantité et d’une puissance très variables, accompagnée d’un plaisir fulgurant qui met fin rapidement à l’érection. Si la satiété est complète sur le plan physique, la précipitation des réflexes est frustrante parfois, surtout si la partenaire se sent en droit de s’en plaindre.

Prématurée ?

La durée du coït est génétiquement programmée, chez l’homme comme chez tous les mammifères, et se compte en secondes. Le diagnostic « d’éjaculation prématurée » est de pure invention, sauf à évoquer le cas de l’éjaculation ante portas c’est à dire avant même la pénétration. Sinon, le maintien dans les lieux au-delà des délais prescrits est affaire de dressage, d’intelligence et de talent.

 

Elégance

Sexuellement, c’est la galanterie des gestes.

 

Emotion

Aussi bien chez l’animal que chez l’être humain, il s’agit de constructions mentales capables de personnaliser la qualité des rapports sociaux, l’identité des besoins et les retentissements de l’activité, en fonction d’un codage de l’expression qui appartient au patrimoine de chaque culture.

Emotivité

Marque le degré de réceptivité, de sensibilité aux messages qui  affectent, au sens propre, l’intelligence et les sentiments.

 

Empreinte

Trace refoulée d’un événement ou d’un choc affectif – vestige d’une rupture, d’un échec, d’une agression – que la mémoire ne cesse de réintégrer inconsciemment dans la vie quotidienne, et qui doit être clarifiée en thérapie.

 

Endomètre

Couche interne, muqueuse, de l’utérus, qui s’épaissit au rythme des cycles hormonaux et, en l’absence de grossesse, desquame brutalement en provoquant l’hémorragie des règles, pour ce régénérer de nouveau lors du cycle suivant, et ainsi de suite…

 

Enéma

Vient du grec et signifie injection. Pratiques ritualisées de lavements intestinaux. Cet érotisme fécal se distingue de la scatologie* par l’instrumentation et la priorité donnée aux simulacres de scénarios  « proprement » médicaux, ainsi que par la fréquence de ses pratiques solitaires.

 

Enfer

Nom donné à la Bibliothèque Nationale aux collections érotiques, dont la consultation était réglementée avant que ce fonds particulier ne rejoigne le catalogue général.  Cette réserve s’appelle Arcana au British Museum, Delta à la Library of Congress de Washington, La Cage à la New York Public Library.

 

Ennui

Sentiment qui fait osciller l’humeur entre l’abattement et la morosité, le seul dont on puisse « mourir », c’est à dire placé exactement aux antipodes de l’amour, dont l’excès est réputé tout aussi fatal.

Cafard

S’ennuyer à deux est encore plus déprimant que se morfondre tout seul.

 

Enurésie

Incontinence d’urine, le plus souvent nocturne, chez l’enfant âgé de plus de quatre ans. Au-delà et dans l’adolescence notamment, il s’agit d’un trouble psychosomatique* qui trahit l’échec d’une quête affective ou à l’inverse l’intolérance d’une surprotection maternelle.

 

Envoûtement

Opération magique de conversion amoureuse à distance.

 

Eonisme

Désigne le transvestisme* hétérosexuel, en mémoire du Chevalier Charles d’Eon, que Louis XV envoya pour des missions diplomatiques en Angleterre et en Russie, habillé en femme, mais non moins amateur de conquêtes féminines.

 

Epices

Parties ou totalité de plantes destinées à l’aromatisation de la nourriture. Le puissant assaisonnement de certains mets prodiguerait un effet aphrodisiaque. Cette réputation trouve un début de justification dans l’étude moderne du goût. En bouche, la brûlure piquante stimulerait la production d’hormones cérébrales ( appelées « endorphines ») en créant un état d’alerte sensorielle, d’excitation ludique.

 

Epididyme

Très fin canal, long de six mètres, pelotonné sur lui-même, coiffant le testicule dont il recueille les spermatozoïdes « bruts de décoffrage », afin de les affiner et de leur conférer leur mobilité propre, durant cette longue progression qui les conduit vers les canaux déférents*.

 

Epilation

Manière de poétiser les toisons naturelles, de la moustache au mollet, des sourcils au pubis. Art éphémère, tributaire des fluctuations de la mode, précurseur de tous les autres marquages identitaires des corps.

 

Episiotomie

Dans la phase d’expulsion de l’accouchement, l’obstétricien peut pratiquer une courte incision en diagonale à l’entrée du vagin afin d’en agrandir le diamètre et d’éviter un déchirement accidentel.

Cicatrice

Immédiatement réparée cette estafilade cicatrise de façon anodine, mais peut longtemps encore servir « d’épine irritative » et légitimer une dyspareunie*.

 

Erection

Issue transitoire de  l’hémodynamique de la verge qui déclenche sa tumescence puis sa rigidité, permettant à l’organe « copulateur » d’être érigé et de forcer l’ouverture d’un orifice naturel.

Matutinale

Des érections inconstantes et brèves sont observées au réveil, témoins non pas d’un besoin d’uriner, mais de mécanismes réflexes liés aux cycles du sommeil : plusieurs épisodes d’érections se succèdent durant la nuit, et celui du matin n’est pas achevé quand le dormeur s’éveille.

 

Eros

Dieu grec de l’amour, fils de Mars et de Vénus, médiateur entre les appétits charnels et leur sublimation intellectuelle. L’érotisme est donc initiatique, étendant les limites de la volupté bien au-delà de la souffrance des organes qui l’accouchent.

Erotique

Qualifie tout travail de l’imaginaire et tout passage à l’acte, capables de dénaturer, pervertir et falsifier le fonctionnement biologique de la génitalité, afin d’en faire une œuvre d’art, même aux dimensions de la vie quotidienne.

 

Erotomanie

Obsession délirante d’être aimée, induisant des comportement de jalousie passionnelle, d’agressivité, contre toute logique et en dehors de tout consentement de la « victime ».

 

Esclave

Etat d’une personne qui consent, par amour, par faiblesse, par divagation masochiste*, à être persécutée. La puissante suggestion érotique du couple maître-esclave tient à ce qu’en réalité ce soient les supplications de l’esclave qui dominent les ripostes du persécuteur.

 

Estrogènes

Hormones féminines sécrétées par l’ovaire, à des taux variant avec le cycle menstruel. Leurs organes cibles sont principalement chez la jeune femme, le vagin, l’endomètre* et les seins, mais aussi, le système vasculaire, le métabolisme des graisses et des sucres, les os, le cerveau et la peau… faisant de ces hormones les messagères de la féminité. Voir aussi Ths.

 

Etreinte

Enlacement à bras le corps. Attitude archaïque aux confins des gestes primordiaux de l’enfance. Désigne aussi le coït, une langue châtiée et allusive.

 

Eunuque

Repris du grec pour désigner « le gardien de la couche » : il s’agit d’un homme châtré, voué classiquement au gardiennage des femmes des harems orientaux. Très efféminés et impuissants,  si l’extirpation des testicules a et lieu avant la puberté, les « castrats » mutilés après elle conservent des caractères viriles mais d’usage inconstant et incertain.

 

Eupareunie

Le préfixe grec « eu » désignant le bien, il s’agit donc ici du contraire de la dyspareunie*, à savoir un coït sans peine et sans reproches.

 

Ex

Evocation flegmatique du passé : ex-mari, ex-amant, etc.

 

Examen (gynéco)

Inspection des organes génitaux féminins qui se déroule sur une table munie de deux étriers permettant une ouverture complète des cuisses. Cet écartement ne permettant pas d’avoir accès à la cavité vaginale, c’est au spéculum* que l’examen peut se poursuivre et être complété éventuellement par des prélèvements.

Auto-examen

A la moindre alerte, pratique solitaire de l’inspection des seins, de la zone vulvaire ou anale, à titre de prévention et de rapidité d’intervention médicale

 

Excision

Mutilation sexuelle féminine qui consiste, selon les ethnies, soit à sectionner totalement le corps du clitoris, soit à limiter l’action rituelle à une incision sans amputation. Analogue de la circoncision* le geste n’a pas plus d’incidence sur la physiologie génitale et la fertilité.

 

Excitation

Un état d’alerte, déclenché par un net excédent de messages de nature sensorielle ou mentale, qui forcent la conscience à prendre parti, soit pour en jouir, soit pour en inhiber* l’action.

 

Exhibition

Manière d’effaroucher autrui en dévoilant intentionnellement des zones du corps qui outragent  sa pudeur. Chez l’homme, l’exhibition génitale est sévèrement sanctionnée. L’exhibitionnisme féminin est à l’inverse élégamment codifié, comme pour pallier le risque d’affadissement du désir masculin…

Pluralité

Dans le cadre des facéties gaillardes de la « sexualité de groupe », l’exhibition est unanimement appelée à la rescousse pour écarter les tribulations du désir.

 

Exogamie

Obligation coutumière d’élire comme partenaire conjugal un candidat n’appartenant pas à son clan. Preuve manifeste que les sociétés humaines les plus archaïques avaient conscience des risques des naissances issues de mariages consanguins, appelés « endogames ».

 

Exotisme

Persistance du goût affecté et superficiel pour des caricatures de paradis sexuel datant de l’empire colonial.

 

Expansion vaginale

Evasement réflexe des parois vaginales dans les préambules annonçant l’irruption de la phase orgastique. Cet élargissement est bénéfique en donnant une amplitude plus grande aux pénétrations, mais créent chez les phobiques du « petit sexe » un stress qui risque de les disqualifier.

 

Extase

Temps d’arrêt des émotions, parvenues au sommet de leur ascension.

 

Extra

Diminutif d’extra-conjugal qui désigne toute relation clandestine, mais le terme est aussi utilisé comme appréciation extrêmement valorisante.

 

Lettre A

Lettre D

 

Lettre F

Lettre B

Lettre B

Lettre C