Vos conseils sexo #5 : la masturbation féminine

Conseils, Expériences, Femme, Histoires, Masturbation, Plaisir, – Média –

Un plaisir unique

 

Nous revoilà encore cette semaine pour un sujet qui devrait délier les langues (et les doigts) : la masturbation féminine ! Quand on vous a demandé « Quels sont vos conseils pour celles qui se masturbent », on a quand même eu plus de 1600 réponses. On vous rappelle donc que ces conseils concernent la masturbation solo, et un autre article arrivera pour conseiller la masturbation à deux et vos astuces pour vous faire plaisir mutuellement ;). Passez un bon moment !

 

Conseil n°1 : moins de honte, plus de plaisir

 

La sexualité féminine est restée taboue pendant longtemps, alors que putain, qu’est ce que c’est bon. Et trop de clichés circulent : les mecs se branlent depuis leur 12 ans, les meufs se doigtent c’est à partir de leurs 25 ans, c’est tout doux et avec de la lumière tamisée. Oublions ces préjugés. Quand vous allez vous masturber, il ne faut pas du tout penser à la vision que la société a de la masturbation féminine. Faites-vous plaisir, pensez à vous, à ce qui vous fait du bien, et n’en retirez aucune honte. La masturbation féminine a les mêmes droits que la masculine. On commence à en parler véritablement depuis tout doucement. Comme tout changement sociétale, plus ça bouge au niveau local mieux c’est. Et bien sûr à l’échelle individuelle.Alors parlez-en ! Et expérimentez si vous en avez envie 🙂


Qu’il n’y a pas de honte à avoir, que ce n’est pas une obligation et ni une fin en soit. Qu’elle apprenne à connaître son corps, qu’elle se sente libre d’en faire ce qu’elle veux. Et surtout que les femmes ont exactement le même droit à la masturbation que les hommes.


Ne culpabilise pas et n’ai pas peur d’en parler avec ton/ta/tes partenaires. Et si tu ne souhaites pas en parler à des personnes qui ne partagent pas ton intimité, rien ne t’y oblige. Si tu prends tout de même du plaisir à l’acte et que cela te suffit, alors ne considère pas qu’il te manque quelque chose. Toutefois, si tu te poses des questions sur le fonctionnement de ton corps et les moyens auxquels tu pourrais requérir pour essayer de te stimuler d’avantage, je pense qu’un(e) bon(ne) gynéco est tout(e) indiqué(e) pour aborder le sujet (ainsi que ton/ta/tes partenaires, parce que je pars du principe que ce sont des gens ouverts d’esprit et qu’ils seront ravis de chercher un(des) moyen de te procurer d’avantage de plaisir) !


La sexualité c’est complexe mais la masturbation peut aider à savoir comment on aime être stimulée et ça peut aider à assumer plus franchement son désir, son plaisir, à repousser ses blocages. Connais-toi toi-même en somme. Après, chacun fait ce qu’il veut!


J’adore mettre le sujet sur le tapis en soirée pour dédramatiser et décomplexer les femmes, et faire prendre conscience aux hommes qu’ils sont loin d’être les seuls à booster leur sexualité et apprendre à connaître leur corps et désirs grâce à la masturbation


Il serait bien de sensibiliser les femmes et les hommes à la masturbation féminine. Ça ne devrait pas être un tabou ! Pourquoi on ne pourrait pas nous aussi se faire plaisir en solo?


J’ai découvert qu’on pouvait se masturber soi même à 19ans… c’est scandaleux qu’on ne parle jamais de la masturbation féminine.


 

Conseil n°2 : vide-toi la tête

 

Comment ça vous avez déjà entendu ce conseil ? Et pourtant, même si on l’entend souvent, c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est pourquoi une couche supplémentaire ne fera de mal à personne. Est-ce que quand vous faites l’amour avec votre partenaire, vous pensez au pain que vous avez oublié, ou à la peinture du plafond qui s’écaille pour prendre votre pied ? Si c’est le cas, reconcentrez-vous un petit peu. Sinon, la plupart du temps vous pensez à sa peau contre la vôtre, à votre respiration, à comment lui faire et vous faire plaisir en même temps. Bref, vous êtes à fond dedans. La masturbation c’est pareil, il faut de l’attention. Pensez aux replis de votre sexe et des zones qui s’y cachent, pensez à vous stimuler de manières différentes, pensez à toutes ces choses qui peuvent vous exciter. Vous verrez, vous vous remercierez !


Lâcher prise, il ne faut pas chercher à contrôler tout ce qui se passe au pieu.


 De ne pas se presser, de correctement lubrifier son sexe et de s’aider d’un support, qu’il soit psychique ou visuel, bref d’un truc qui l’excite. Ça vient plus facilement si on est concentrée sur la masturbation plutôt que d’avoir la tête ailleurs.


D’apprivoiser seule son corps et de lâcher prise.


Libère ton esprit pour ne faire qu’un avec ton orgasme 😉


Ne te dépêche pas, prend le temps de mettre ton esprit dans de bonnes conditions. N’oublie pas qu’un orgasme se passe avant tout dans la tête ! Si tu penses à autre chose, ton plaisir ne sera pas là.


 

Conseil n°3 : le pommeau de douche

 

Haha, nous y voilà. C’est un mythe pour certain.e.s, une réalité pour d’autres. Pourtant, le pommeau de douche est tout indiqué pour découvrir la stimulation clitoridienne. En mode massage, ou jet, ou simplement avec l’eau telle quelle. On s’explique. Avec le pommeau de douche, vous pouvez varier la température et la puissance (principalement). Ce qui veut dire que si vous êtes très sensible, un filet d’eau bien ajusté vous suffira. Si jamais vous avez besoin de plus, vous pourrez monter la pression. Le pommeau de douche permet une stimulation continue sur le clitoris. Vous pouvez changer les stimulations, que vous l’ayez proche de votre sexe, ou éloigné, bouger de haut en bas… Vous pouvez commencez fort au début, et voircomment votre corps réagit si vous baissez la stimulation. C’est un bon moyen de découvrir les subtilités de votre plaisir. Par contre, pour des questions de santé, je me sens obligée de vous rappeler de ne pas se « pénétrer » avec le jet d’eau. Votre vagin n’est pas fait pour recevoir de l’eau et les bactéries/microbes qui vont avec. Il se nettoie très bien tout seul, et le fait de se « rincer de l’intérieur » peut affecter votre muqueuse.


Si elle est clitoridienne de jouer avec le jet de la douche


Dans la baignoire avec le jet de douche ! C’était une surprise totale, je me suis demandé ensuite toute la journée si j’avais bien eu mon premier orgasme.


Sous la douche, eau chaude j’ai failli m’évanouir de plaisir.


Premier dont je me souviens. Vers 10 ans, sous la douche avec le jet du pommeau de douche. ‘Need I say more?


Mes premières fois était avec le fidèle jet de douche. Rien de mieux pour débuter.


 

Conseil n°4 : la stimulation extérieure

 

Nous le savons, le porno n’a pas forcément bonne réputation. Malgré tout, vous êtes plusieurs à le conseiller pour commencer avec la masturbation. Mais ça peut être bien autre chose comme des souvenirs, une odeur qui vous excite (avec une bougie par exemple), un paysage qui vous détend et qui vous fait rêver, une heure particulière de la journée où vous vous savez réceptive… Les choix sont innombrables. Ce qu’il faut retenir, c’est de ne pas hésiter à intégrer une nouvelle stimulation dans votre masturbation. Votre sexe, votre main (ou sextoy), et un élément extérieur.


 Être attentive et à l’écoute de son corps, ne pas se mettre la pression et de réfléchir à une situation/personne qui l’excite.


J’étais très jeune, je jouais aux Barbie et je simulais un rapport sexuel entre 2 poupées, ça m’a énormément excitée et j’ai serré mes cuisses au point d’en avoir un orgasme. J’avais entre 10 et 12 ans.


Je suis une femme et pourtant je prône le porno comme bien d’utilité public ! On ne se rend pas compte à quel point il permet à de nombreuses personnes de relâcher la pression sexuelle en eux, d’assouvir ses propres pulsions sexuelles. Ayant étais souvent célibataire je suis vraiment convaincue que le porno me permet de relâcher mes besoins sexuels et de ne pas devenir dingue/ou de ne pas aller baiser avec n’importe qui. Je peux me masturber sans porno mais occasionnellement j’adore, et surtout cela me permet d’avoir des orgasmes beaucoup plus fort que si je ne me base que sur mon imaginaire et non sur des images et du son. Il faut dédramatiser la masturbation féminine, il n’y a que du positif à se connaître, se faire du bien et ça permet un équilibre sexuel.


Enfant, j’ai longtemps cru que grimper à la corde d’une balançoire était la meilleure activité de détente. J’ai réalisé plus tardivement que c’était en fait la masturbation que je vivais par les frottements qui me donnait cette merveilleuse sensation clitoridienne.


J’aime « préparer » ma masturbation, me mettre en lingerie, me maquiller, prendre des selfies coquins. Peut-être un trip égocentrique, j’en sais rien, mais ça m’excite.


 

Conseil n°5 : commencer avec le clitoris externe

 

Vous apprendrez, au fur et à mesure de votre sexualité, où est-ce que vous êtes la plus sensible. On appelle généralement « clitoridiennes » celles qui ont plus d’orgasmes avec le clitoris externe, et « vaginales » celles qui ont plus d’orgasmes avec le clitoris interne. Mais en réalité cette distinction n’a pas vraiment lieu d’être, tout le plaisir féminin part du clitoris. Commencer par la masturbation du clitoris externe vous permettra de mieux appréhender cet organe extraordinaire. C’est le seul dédié au plaisir, et il n’y a que les femmes qui l’ont ! Alors il faut l’explorer de tous les côtés et avec toutes les subtilités. Le clitoris externe étant à l’extérieur (si si j’vous jure), il est plus facilement accessible. On en parle dans notre article si vous voulez en avoir plus ;).


Essaie de te toucher, d’explorer ton corps, de te masser ton clitoris.


Ne pas hésiter à explorer son corps pour connaître les zones érogènes, son point G, son clito etc


Persévérer, exploiter les différentes pistes (clitoridienne, vaginale …), toutes les femmes le peuvent, la vraie frigidité est très rare


 

Et c’est tout pour aujourd’hui. Venez aimer notre page Facebook pour être au courant des derniers articles. Si vous êtes plutôt blagues, rejoignez-nous sur Instagram. Vous pouvez également retrouver tous vos conseils sur la masturbation ici, et pourquoi pas contribuer aux futurs articles ici !

Par Loréane d’XYstories

30