Vos conseils sexo #3 : la sodomie

Conseils, Expériences, Femme, Homme, Prostate, Sodomie, – Média –

Beaucoup de clichés, mais beaucoup de plaisir

 

Un grand voile de secret et de méconnaissance plane sur la sodomie. Il faut percer ce mystère. C’est même une forte insulte que d’être « enculé »…, et pourtant tant de personne prennent du plaisir avec cette pratique. On entendra ici sodomie comme pénétration anale. Que ce soit par un pénis, un doigt (ou dix ?), un sextoy (godemichet, plug, …), ou tout autre chose que vous désirez mettre dans votre anus. On vous partage ici vos conseils pour préparer et apprécier la sodomie, en toute ouverture d’esprit et de la part des femmes autant que des hommes. Profitez bien !

 

 

Conseil n°1 : détends-toi

 

Ça n’étonnera personne, il faut être détendu pour que votre corps accepte facilement la sodomie. C’est un orifice qui a tendance à se resserrer plutôt qu’à se dilater, et si vous êtes stréssé.e et contracté.e, rien ne pourra rentrer. Il faut être détendu avec votre partenaire, détendu dans l’environnement dans lequel vous allez opérer, détendu dans votre tête… Tout ce qui vous met dans un bon état d’esprit est bon à prendre :).


Fabuleux souvenir ! Je considère que ça a été ma première fois, la première fois que je m’abandonnais à mon copain, il était à l’écoute pour ce moment dont on était tous deux un peu effrayés. Lorsque je me soumettais entièrement à ses désirs et aux miens, j’étais tellement détendue que rien n’était douloureux. Il faut seulement attendre le bon moment, et lorsque le moment est venu, écoutez votre corps. Il peut y avoir énormément de plaisir dans un tout petit peu de douleur.


Ma première sodomie c’était sous la douche ! Bizarrement c’était assez rassurant. Mon copain. L’eau chaude. Et surtout le savon ! C’était ma première fois à tout les niveaux et je n’avais rien prévu, pas de préservatif, pas de lubrifiant, il fallait bien improviser… Passé le cap de l’étrange flash-back « Non maman, j’aime pas les suppo » j’ai enfin pu me détendre et laisser mon partenaire s’occuper de moi. Bon avec un peu de recul, c’était pas la meilleure de ma vie, mais au moins j’ai pas eu trop mal !


 

 

Conseils n°2 : il faut préparer le terrain

 

Après tout, c’est à ça que sert cet article ! J’ai regroupé toutes les petites astuces que vous nous avez écrit. Dans un premier temps, vous pouvez penser au lubrifiant (et non ce n’est pas obligatoire). Il vous permettra de mieux glisser à l’intérieur, et donc éventuellement de vous détendre sans vous faire mal. Vous pouvez également penser à la dilatation manuelle, à la main donc ou avec divers sextoys. En faisant ça, vous permettez à votre corps de s’habituer à quelque chose de plus petit avant d’insérer la verge ou un godemichet plus gros sans soucis. Vous pouvez aussi commencez par des préliminaires « classiques », pour avoir une première vague de plaisir qui vous détendra et permettra une meilleure pénétration anale. Bref, soyez inventif, tout le monde n’aura pas besoin de la même mise en jambe.


Commencer tout doucement, par un doigt, et pas forcément avec du lubrifiant. Avec le lubrifiant on force et ça « finit » par rentrer. Sans, ça laisse le temps à la femme (ou l’homme), de détendre son anus et l’ouvrir, pour éviter les douleurs, et s’ouvrir au plaisir et à la confiance.


J’avais eu de brèves expériences en la matière mais pour elle c’était la première sodomie. Elle est venue après beaucoup de discussion et de préparation. Ma partenaire avait des appréhensions surtout l’hygiène et la douleur mais était aussi très curieuse. Je lui avais acheté une poire pour se laver et du lubrifiant pour l’acte. Elle s’était bien préparée et il faut être à l’écoute une y aller en douceur au début être patient car une fois à l’aise on peut mettre plus d’intensité. Finalement elle a pris beaucoup plus de plaisir qu’elle ne pensait, elle réclamait au moins un doigt quand on pratiquait la levrette et une sodomie de temps à autre. Moralité si l’envie est mutuelle prenez votre temps pour en parler et vous préparer, commencez par la femme allongée sur le dos avec les jambes relevées ça n’ouvre pas que les chakras ! Coté hygiène la poire c’est vraiment efficace et optez pour un lubrifiant parfumé pour les plus hésitants.


Ma première sodomie, c’était avec mon copain de l’époque on en parlait depuis un moment, un soir ou j’avais mes règles on a décidé d’essayer. On a sorti le lubrifiant il a commencé à me mettre un doigt puis 2, je me caressais le clitoris en même temps pour me détendre et lui il venait m’embrasser les tetons et le visage tout en se caressant. Au bout d’un moment, trop excités, je lui ai demandé de me prendre, il ne s’est pas fait prier. La nouveauté du truc, l’excitation et le fait que ce soit beaucoup plus serré qu’un vagin ça l’a fait jouir en même pas 10 minutes. On a tous les deux adoré cette expérience et on l’a retenté par la suite ensemble. Puis j’ai retenté sans lui après notre rupture et j’aime de plus en plus la pratiquer.


 

 

Conseil n°3 : soit patient.e

 

Ce conseil revient et reviendra souvent, et pour cause. À n’importe quel âge, à n’importe quel stade de votre sexualité, il y aura toujours « une première fois » pour une nouvelle pratique. Et lorsque un partenaire sur deux est déjà initié, il faut se rappeler que passer le pas n’est pas simple pour tout le monde. Être patient.e, c’est déjà en discuter avant de passer le pas et accepter que, peut-être, la personne en face n’est pas prête. Il ne faut pas non plus brusquer la pénétration, et prendre le temps de faire ce dont on a parlé dans les conseils précédents :). Ce ne sera pas une perte de temps, dites-vous qu’être patient.e les premières fois vous permettront plus de plaisir sur le long terme.


Lors de ma première relation, notre sexualité n’était pas folichonne. Puis on a réessayé et réessayé. je n’arrivais pas vraiment à prendre vraiment de plaisir. Un jour, après avoir lu un article qui parlait de femmes qui préféraient parfois la sodomie à la pénétration vaginale, on s’est dit qu’on essaierait. On a pris du lubrifiant bien sûr, on a attendu que je sois bien excitée puis on l’a fait dix bonnes minutes, et rebelotte plusieurs fois dans la semaine. Depuis on pratique régulièrement sans que ce soit systématique non plus, mais ça m’a comme débloquée et ça m’excite énormément, et du coup je prends pas mal de plaisir. Les meilleurs conseils que je puisse vous donner sont : soyez patients, douuuucement au début, avec du lubrifiant et soyez bien excitées !


Je pense qu’il faut oser essayer sans appriori et de prendre son temps pour accepter quelque chose dans son anus. C’est pas évident de laisser entrer quelque chose ou quelqu’un à l’intérieur de soi, c’est normal. Avec beaucoup de lubrifiant et de douceur ça sera très beau. Et s’il n’aime pas, c’est très bien aussi, pas d’obligation !


 

 

Conseil n°4 : Commence par le faire seul.e

 

Selon les sondages qu’on a pu faire à XYstories, on a pu voir que la masturbation était très souvent testée seul.e. Pourquoi ça ne sera pas pareil pour toute les pratiques, et donc la sodomie ? Étonnamment on en entend moins parler, mais c’est comme tout. Si tu découvre d’abord par toi-même, ça peut être moins impressionnant lorsque quelqu’un d’autre le fait. Certain.e.s préféreront néanmoins avoir un « support moral » avec un autre partenaire pour les aider à sauter le pas, chacun ses préférences. Mais pensez-y, peut-être que si vous arrivez à vous pénétrer seul.e, se sera plus simple par la suite.


Depuis que j’ai commencé (seule pour le coup) à me mettre des trucs dans l’anus, j’avoue que je délaisserais presque mon vagin tellement j’aime mon anus.


C’est pas aussi bizarre qu’on peut penser. Un doigt ça passe tout seul, et ça augmente le plaisir. Vous pouvez également vous stimuler en vous massant entre les testicules et l’anus. Encore une fois testez seul, en utilisant votre doigt ou un petit plug anal et vous verrez.


 

 

Conseil n°5 : les deux doivent être d’accord

 

SODOMIE SURPRIIIIIIIIIISE !

Non, ça ne vous plait pas ? Chacun sa liberté ! Le sexe, c’est une histoire de consentement. La sodomie, c’est du sexe. Alors la sodomie doit être consentie. CQFD.

Attention, on ne dit pas que quelqu’un qui dit « non » ou « oui » restera forcément sur ses positions. Ça peut parfois être oui, mais pas aujourd’hui, alors ne forcez pas. Ça peut avoir été non depuis le début de la relation, et puis un jour votre partenaire décide d’essayer, et ça sera parce que vous avez respecté son choix auparavant. Vous ne l’avez pas brusqué en insistant.


Il faut que ça soit bien fait, bien préparé, et surtout que les deux personnes soient super opé. Mais c’est un truc génial qui donne des sensations très très intenses ! Il faudrait un peu plus expliquer aux gens comment se stimuler pour pouvoir le faire sans douleur, et beaucoup plus de gens adoreraient l’anal !


Mon partenaire m’a forcée à être sodomisée (nous avions une relation sexuelle consentie, mais il ne m’a pas demandé mon avis avant de changer de trou…) du coup j’ai eu mal, je lui ai vite demandé d’arrêter, ce qu’il a fait. Mauvais souvenir. J’ai eu du mal à retenter l’expérience, mais aujourd’hui grâce à des garçons beaucoup plus délicats, j’aime ça.


À la base, la sodomie, j’étais loin d’être pour, genre impossible de me laisser toucher par qui que ce soit. Une fille que j’aimais vraiment beaucoup a insisté presque un an avant que je me laisse faire. C’était plutôt drôle parce qu’il y avait ma famille en bas – dîner avec des beaufs et tout… Elle m’a doigté pendant que je me masturbais et j’ai joui hyper fort. Hyper. Genre je me suis limite étranglé ahah. À l’instant où c’était fini, on s’est mis à rire tous les deux, j’arrivais pas à croire que j’avais joui si fort. On a recommencé pas mal de fois depuis… Une fois qu’on s’est quittés, j’ai jamais réussi à retrouver le truc avec qui que ce soit d’autre, ça demande beaucoup de confiance, je trouve..


Je n’aime pas spécialement la sodomie, mais je la pratique régulièrement. En fait, ça excite beaucoup mon mec, et son excitation participe à mon plaisir. Du coup, je le fais pour lui, mais aussi pour moi. Je profite des effets de son excitation et ça m’aide beaucoup à atteindre l’orgasme de le sentir sur-excité.


Une fois, petite levrette plutôt sympathique quand mon partenaire a «glissé» et m’a pénétré par derrière par surprise. Douleur si excessive que j’en ai pleuré, vomis et bien plus encore…


 

 

C’est fini pour aujourd’hui. Vous pouvez retrouvez tous nos témoignages sur la sodomie ici, ce sont eux qui ont inspirés cet article. N’oubliez pas de répondre à notre sondage pour avoir des articles encore plus complets !

 

Par Loréane d’XYstories

6