Je suis libertine

Première fois, – Média –

La double vie d’Eve de Candaulie # part1

Les prémisses du plaisir…

droits réservés

 

Auteur du livre : “ Mon mari est un homme formidable” elle est aussi connue dans le milieu libertin et tient un blog sur le sujet. Eve, belle trentenaire pimpante, blonde platine aux yeux bleus envoûtants, de sa voix légèrement rocailleuse elle partage avec nous ses expériences libertines.

Le libertinage, beaucoup en fantasment sans jamais passer à l’acte. Certains l’imaginent comme une immense orgie où ça baise à tout va. Ce n’est pas exactement ça, il arrive qu’il y ait des “activités” mais l’essence même du libertinage repose sur la séduction. Pour Eve, être libertine était une évidence. Elle avait 25 ans lors de sa première expérience. À l’époque, la jeune fille, du genre volage, avait plusieurs amants. Elle explique d’ailleurs que pour elle, “avoir des amants c’est le début du libertinage.”

 

Au rythme des envies

 

Maintenant, à 35 ans, elle est mariée et maman depuis peu, pourtant, elle continue à fréquenter les clubs pour son plus grand plaisir. Si son mari l’accompagne de temps en temps, Eve a une vie sexuelle tout aussi épanouie avec d’autres partenaires. Ce n’est pas de l’infidélité, c’est un accord tacite entre les deux partenaires. C’est d’ailleurs l’origine du pseudo d’Eve. Eve de Candaulie est née du désir de séduire et d’être séduite par des hommes et des femmes pour le plus grand plaisir de son mari.

 

Entre tentation et appréhension

 

droits réservés

 

Le premier pas vers le libertinage est le plus impressionnant. Entre tentation et appréhension. Eve nous explique que “l’avant” est la partie la plus stressante mais aussi la plus excitante du parcours d’un libertin. C’est un plongeon vers l’inconnu. Pour cela mieux vaut d’abord connaître ses envies et ses propres limites. Il ne faut pas se mettre trop la pression par rapport aux regards que les gens peuvent porter sur son propre corps.

Dans les clubs, il y a tous les physiques possibles et inimaginables. Pour une première expérience, Eve conseille de ne pas se fixer d’enjeu avec son/sa partenaire, c’est la curiosité et l’excitation qui vous animent à ce moment-là. Sa première expérience libertine n’était pas préméditée. L’histoire a duré 6 mois avec cet homme. C’est “mon mari qui me l’a présenté. Le candaulisme c’est justement de donner du plaisir à quelqu’un en baisant avec un autre”.

Pour Eve, dans le milieu du libertinage, les gens sont plus authentiques, il n’y a pas la question de la position sociale, peu importe ton métier, ton fric, ton passé ou ta famille, dans ces soirées là, les gens se montrent plus vrais. Ils sont là pour le plaisir.

 

Au seuil de la jouissance

 

droits réservés

 

Il y a plusieurs façons d’entrer dans un club. On peut aller au hasard dans un club qui a pignon sur rue (à Paris, il y en a une dizaine, mais le plus prisé du moment semble être le Taken sur l’ile saint Louis) ou être invité.e dans une soirée privée. Là, il faut évidemment connaître des gens du milieu.

Si le libertinage est synonyme de liberté sexuelle, les soirées libertines ont des règles de base. Comme dit Montesquieu dans l’Esprit des lois “La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent”. En soirée il y a donc notamment un dress code : pantalon interdit aux femmes et le port du préservatif est évidemment obligatoire pour les hommes.

Une fois introduit.e.s dans le circuit et apprêté.e.s, il ne vous reste plus qu’à vous lancer, et s’exposer au jugement dernier du videur. Pour Eve, c’est définitivement le moment où on stresse lorsqu’on ne connaît pas encore les codes des clubs.

Il y en a pour tous les goûts : bi, trans, trav, BDSM…

Vous voilà devant la porte. La suite au prochain épisode.

 

Par Sarah Suong

 

16